Rechercher une histoire


#215
2924 vues, modifiée 690 fois.
ESPACE DISPONIBLE POUR ..... ...


Lire plus...
#916
149 vues, modifiée 0 fois.
Il s’appelle Témaro, et il aimerait bien jouer du Tapa To Plam. Comme les sages. Tapa to Plam, un instrument lui-même dérivé du Kata Plam. Témaro, lui, ne jouait que d’une flûte. Il vint voir le Sage, mais celui-ci voulut le mettre à l’épreuve. Trois fois.

« Monte donc sur cette poutre et joue de la flûte, avec sur la tête un pot de vin. Quoi qu’il advienne, apporte-moi ce vin sans le faire tomber, en passant par la poutre, en chantant de ton pipeau. Je t’attends de l’autre côté. »

Sur ce, il quitta le jeune homme. Celui-ci pensa : « le but est de soûler le Sage ! » Il crut que la difficulté était de ne pas boire le vin, ou de garder tout le temps l’équilibre. L’épreuve commença. Témaro se mit à marcher sur la poutre en jouant de la flûte, la cruche de vin sur sa tête. Il en était à mi-parcours quand tout à coup retentit : « Témaro, Témaro, viens, accours, il y a près de la piste une fille qui veut t’entendre ! ».

Le garçon sauta de la poutre, fit tomber la cruche, but ce qu'il restait du vin et flûte en main, courut vers la piste.

Le Sage sortit de sa cachette. Et en suivant du regard l’ombre hébétée de son petit élève rendu fou abruti par l’amour, l’alcool et la chaleur, il souriait.

Ce ne fut que le soir que Témaro trouva le courage de revenir. Quand il revint vers le Sage, celui-ci fumait, et ce qu’il fumait avait environ deux ou trois mètres. Il regardait, méditant, le soleil s’endormir à l’horizon…

Le garçon s’interrogea. Avait-il ou non perdu cette première épreuve ? Avait-il failli, ou réussi autre chose dans son échec ?

La deuxième épreuve consistait à grimper dans un arbre et de ressortir de l’autre côté ; mais l’arbre était immense. Et il faisait nuit à présent.

Témaro avait conservé jusque là un bon rythme. Il filait, sautait de branche en branche, s’agrippait, évoluant positivement vers son but.

Mais tout à coup, un appel déchirant le fit s’arrêter net. Sur une branche, un singe à la patte cassée l’implorait du regard. Témaro refusa de le voir dans un premier temps, continua son chemin. Mais le remord le prit et il finit par revenir. Portant le petit singe sur son épaule, ce qui ralentit considérablement son allure.

Quand il parvint à l’orée de la forêt, le jour était levé depuis longtemps et il faisait déjà chaud. Témaro eut un soupir. Au moins, il avait sauvé le petit singe…

Il rejoignit le Sage. Celui-ci méditait encore. Il ne dit rien à Témaro ; il lui fit signe de le suivre.

La troisième épreuve consistait en……………
Signaler un abus